La Poissonnerie Gourmande a le vent en poupe. Ouverte en novembre dernier, cette bonne adresse boulonnaise est devenue la vitrine des saveurs de la côte d’Opale. À découvrir

Ici, on ne se « fish » pas de vous côté qualité, proximité et authenticité !

(Capé)cure de fraîcheur

Sur la gauche, le bar à huîtres n’attend que le feu vert d’une réouverture tant attendue pour lancer une saison mémorable de dégustations d’huîtres et plateaux de fruits de mer, dans une ambiance bistrot conviviale. « La sélection des petits vins, bières locales et autres surprises est déjà prête ! » lance Pierre, avec un grand sourire. En attendant ce sont justement les huîtres qui démarrent le banc des réjouissances, côté poissonnerie. Près de 10 variétés différentes, mais aussi des moules, des palourdes, des ormeaux, du homard, des oursins, des crustacés, des coques et des coquillages moins connus, comme par exemple les violets de roche, dits aussi « figues de mer », venus tout droit de Méditerranée. « Bien sûr, ici nous privilégions le local : 30 % des produits viennent tout droit du port de Boulogne. Mais c’est aussi un endroit pour découvrir d’autres saveurs, et susciter la curiosité des consommateurs. » Côté poissons, on ne sait où donner de la tête. « Sur la balance, il y a près de 80 poissons différents affichés », indique Karine, l’une des 9 employés. Ça brille de fraîcheur, c’est plein de couleurs, c’est déjà un spectacle rien qu’à l’œil ! Merlan, tacaud, hareng, cabillaud, maquereau, carrelets, rougets-barbets, encornets, coquilles Saint-Jacques remplissaient l’étal lors de notre visite…

L’étal de la Poissonnerie Gourmande, aussi long que le filet d’un « étaplois », a des airs de pêche miraculeuse. Au cœur de Capécure, le quartier industriel et maritime du premier port de pêche de France*, il y a enfin une deuxième poissonnerie à Boulogne-sur-Mer ! Oui, nous aussi ça nous a laissé muets comme une carpe : il était temps ! Et cela grâce à l’énergie de quatre loups de mer**, dont Pierre Corrue, déjà à la barre de l’entreprise Corrue&Deseille (voir notre encadré). « Nous avions beaucoup de demandes de vente directe à l’entreprise, nos clients sont extrêmement demandeurs de local, encore plus depuis la crise, raconte Pierre. Alors nous avons pensé à cet endroit 4 en 1 : une poissonnerie/écailler, un traiteur de la mer, une épicerie et un bar à huîtres, pour en faire la vitrine des saveurs de la côte d’Opale. » Et ils ont vu les choses en grand. Près de 300 m2 lumineux, un paquebot de saveurs…

Raz-de-marée de saveurs

Juste à côté, le festin continue avec le traiteur de la mer. C’est le royaume des cuisiniers Pauline et Jean-Claude. Ce jour-là, une bonne soupe de crevettes grises au fenouil et un curry de poissons au riz basmati sont au menu : « nous proposons un menu tous les jours, explique Pierre, en plus de l’offre traiteur, c’est pratique pour les salariés des entreprises environnantes, et les étudiants de l’Université, comme tous les restaurants sont fermés en ce moment. » Turbot rôti au beurre blanc, salade de pommes de terre aux harengs, lotte à l’armoricaine, salade de poulpe à la provençale, cassolettes de Saint-Jacques, mais aussi brandades, quiches, terrines, coquilles farcies, sandwiches : le choix est vraiment extraordinaire ! Pour finir, la partie épicerie met en avant les saveurs régionales, comme celles de la marque Saveurs en’Or, la bière des 2 Caps, les soupes de poissons Pérard, le genièvre de Houlle, des confitures, des biscuits, etc. Pour composer des paniers 100 % local, 100 % côte d’Opale !

*36 000 tonnes et 70 espèces de poissons, sont débarquées chaque année par la flottille boulonnaise. Les aubettes du port de plaisance vendent également du poisson en direct toute l’année.
**Pierre Corrue, Valéry Hallenne, Frédéric Goubel, et Philippe Wattez sont les quatre associés de la Poissonnerie Gourmande.


L’or de Boulogne-sur-Mer. Corrue&Deseille perpétue la fumaison et la salaison traditionnelle du poisson. « Notre entreprise est familiale depuis 1935, explique Pierre, la 4e génération ! Le hareng représente 45 % des poissons valorisés de manière artisanale comme autrefois en bouffis, en saurs, en kippers, en filets, salés. » Mais l’entreprise sublime aussi du saumon, du maquereau, du haddock de la saumonette, du flétan, du lieu, et de la morue salée. Leur savoir-faire ? « La technique du fumage artisanale au bois de hêtre dans de grands fumoirs traditionnels, les corrèzes. » Ce qui donne aux poissons fumés, marqués Saveurs en’Or, cette saveur incomparable ! https://corrue.fr/


Texte : Claire Decraene, extrait du magazine Parlons Saisons, printemps – été 2021. Photos : Imagiterre