Champagne

 

 

Historique

Le vignoble de la Vallée de la Marne doit sa spécificité à la situation des vignes proches d’une voie d’eau navigable.

La production viticole de cette vallée commença au tout début du Moyen-Age. Le vin fut d’abord produit par les seigneurs laïcs et les établissements monastiques. Une des plus anciens écrits de la culture de la vigne concerne l’abbaye de Chézy-sur-Marne, fondée en 736. En 855, c’est un diplôme de Charles le Chauve qui confirme la présence de la vigne sur les terres de cette abbaye. Ainsi en est-il également de l’abbaye Augustine de Saint-Ferréol à Essômes-sur-Marne, fondée en 1090. Les religieux de la maison de Val Secret édifiée en 1140, cultivaient aussi la vigne. Dès 1320, une vigne de l’abbaye d’Essômes-sur-Marne donna une récolte de vin de Fromenteau, cépage de l’époque, et chaque année deux tonneaux en étaient prélevés pour la table royale.
Plus tard, François 1er attribua la vigne Rollemère aux religieux d’Essômes-sur-Marne, à charge pour eux de lui fournir son vin… En 1790, la généralité de Châlons fut divisée en quatre départements, dont l’Aisne et la Vallée de la Marne Ouest, autour de Château-Thierry.

La tragédie du Phylloxéra

C’est à Chassins, commune de Trélou-sur-Marne, que le 5 août 1890, la première tâche phylloxérique fut repérée. C’est un véritable drame en Champagne. La progression inéluctable du Phylloxéra ne put être contenue aux seules portes du vignoble et les foyers se multiplièrent. La décennie qui suivit vit mourir la grande majorité de ses vignes. Alors que le département de l’Aisne produisait 220 000 hl de vins au début du XIXème siècle, sa production fut réduite de moitié un siècle plus tard.

Il faut attendre le nouvel essor des vins de champagne, au début du XXème siècle, pour voir les maisons de négoce faire de plus en plus appel aux crus de la Vallée de la Marne Ouest. Ainsi, le département de l’Aisne reçut officiellement le titre de l’appellation Champagne par le décret du 17 décembre 1908.

Après la seconde guerre mondiale, la vigne reprit doucement possession des coteaux qu’elle avait désertés au début du siècle. C’est alors que la Vallée de la Marne Ouest devient pour les franciliens la porte d’entrée en terres de Champagne.

Production

Le vignoble d’ici…
Dans la mosaïque des terroirs de l’AOC Champagne répartis entre la Marne, l’Aube, l’Aisne, la Seine et Marne et la Haute-Marne, il y a des spécificités et des vocations bien affirmées.

Le vignoble des Portes de la Champagne s’étend de Crouttes-sur-Marne jusqu’à l’ouest de Dormans avec 39 communes viticoles qui couvrent 3 420 hectares soit 10 % des surfaces plantées de l’AOC Champagne qui s’élève à 34 328 ha pour 301,9 millions de bouteilles expédiées. En 2018, plus de 6 millions de bouteilles de vins de Champagne provenant de la Vallée de la Marne Ouest ont été expédiées en France et à travers le monde.

La rivière Marne coule dans ce paysage vallonné recouvert de vignes. Après Dormans, vers l’ouest, le cours d’eau s’élargit pour flâner entre les collines et parfois rogner les coteaux pour en faire de véritables « théâtres antiques », comme c’est le cas à Bonneil ou à Charly-sur-Marne. La pente est telle par endroits que certaines parcelles ont été plantées en terrasses, comme à Jaulgonne.

Plutôt qu’un relief tourmenté, c’est la douceur des lignes paysagères qui marque le visiteur. « Paisible » serait le qualificatif le plus approprié pour le caractériser.

 

Le saviez-vous

Le champagne est-il élaboré à partir de raisins noirs ou de raisins blancs ?
L’encépagement champenois est composé de 7 cépages ; le pinot noir (raisin noir), le meunier (raisin noir) et le chardonnay (raisin blanc) sont aujourd’hui très largement majoritaires. L’arbane, le petit meslier, le pinot blanc et le pinot gris (tous à raisins blancs), représentent moins de 0,3 % du vignoble.

Le pinot noir représente 38% du vignoble planté. Parfait sur les terrains calcaires et frais, c’est le cépage dominant de la Montagne de Reims et de la Côte des Bar. Les vins qui en sont issus se distinguent par des arômes de fruits rouges et une structure marquée. C’est le cépage qui apporte à l’assemblage du corps et de la puissance.

Le meunier représente 32% des surfaces. Ce cépage vigoureux convient plus particulièrement aux terroirs plus argileux, comme ceux de la Vallée de la Marne, et s’accommode mieux de conditions climatiques plus difficiles pour la vigne. Il donne des vins souples et fruités qui évoluent un peu plus rapidement dans le temps et apportent à l’assemblage de la rondeur.

Le chardonnay occupe 30% du vignoble. C’est le cépage de prédilection de la Côte des blancs. Les vins de chardonnay se caractérisent par des arômes délicats, des notes florales, d’agrumes, parfois minérales. A évolution lente, c’est le cépage idéal pour le vieillissement des vins.

La physiologie de la vigne et les contraintes naturelles ont donné le jour à une véritable stratégie viticole portant sur la sélection, la densité, le greffage, la taille, etc.

 

Avec le soutien de :