Gâteau battu

Historique

Spécialité de Picardie maritime, les origines de ce gâteau brioché restent peu documentées. Dans le « Pâtissier françois » de 1653 on donne la recette d’un « gâteau mollet » dont les ingrédients sont proches du gâteau battu. En 1912, Darenne et Duval publient une recette de gâteau battu ou « mollet » qui ne laisse aucun doute sur son origine picarde.

Il était de toutes les cérémonies de la vie des habitants du Ponthieu et du Vimeu. Aucun mariage, enterrement, aucune communion ou fêtes de village ne pouvaient se dérouler sans un délicieux gâteau battu

Aujourd’hui sa production a dépassé sa zone d’origine et il devient assez facile d’en trouver dans une grande partie de la Somme et de l’Oise.

 

 

 

Production

La recette du gâteau battu est d’une simplicité : de la farine, des œufs, du beurre, un peu de sucre, de sel et de levure, la recette du gâteau battu est sans chichi comme aimait le dire Francis Fréville, boulanger de Quesnoy-le-Montant (Somme) mais c’est aussi beaucoup de passion et surtout  un véritable tour de main… puisque tout repose dans la façon de battre le tout et le temps que l’on y consacre…

La température de la pièce est importante également pour que la pâte lève bien … En fait, tout repose dans ces petits riens qui permettent d’aboutir à un excellent produit.

Cuisine

Bien entendu, le gâteau battu se consomme seul ou accompagné de confitures mais il peut aussi servir de toast à placer sous une belle tranche de foie gras juste poêlée. C’est un délice.

 

 

Le saviez-vous

Traditionnellement, le gâteau battu se coupe à l’horizontal puis à la verticale pour faire de jolis morceaux.

Avec le soutien de :