Folie douce de Thiérache

Historique

Depuis la nuit des temps, les habitants de Thiérache ont fabriqué des boissons à base de fruits rouges fermentés. Dénommées communément « vins de fruits », elles permettaient également aux populations de s’abreuver de boissons « hygiéniques » puisqu’indemnes de germes contrairement à l’eau des puits ou des rivières souvent contaminées et causes d’épidémie.

C’est donc tout naturellement que l’on se mit à faire fermenter, tout comme en vinification, toutes sortes de fruits et particulièrement les fruits rouges. S’il n’existe pas d’ouvrages sur ces fabrications, la tradition orale a fait perdurer dans de nombreuses familles des recettes toujours basées sur les fruits localement disponibles.

Amoureux des ces traditions, Marie-Pierre Gruson et Ferdinand Lapersonne ont décidé, il y a plus de trente ans de remettre aux goûts du jour ces fabrications.

Production

Après la cueillette, les fruits sont grossièrement broyés (c’est l’étape du foulage), avant d’être mis en cuve pour la phase de macération. Une chaptalisation (ajout de sucre) s’avère souvent nécessaire, l’objectif étant d’obtenir un apéritif titrant 15% d’alcool. Au bout de quelques jours, la fermentation alcoolique débute et se poursuit de 6 à 8 semaines.

La fermentation terminée, c’est le moment du pressurage. Le « vin de fruits » sorti du pressoir est remis en cuve pour une période de repos, appellée la décantation qui dure de 3 à 9 mois.

Enfin, après un soutirage, la Folie douce est filtrée avant d’être mise en bouteilles. Les bouteilles sont ensuite descendues en cave et couchées, pour un vieillissement et une meilleure conservation.

Cuisine

Un excellent apéro, facile à réaliser !
Dans une flûte, mélangez 40 % de Folie Douce avec 60 % de Champagne (ou de crémant de Bourgogne, d’Alsace ou de toute autre région). Servez bien frais !

Pour cette recette, nous vous recommandons les cuvées suivantes : la cuvée de la St Ferdinand, la cuvée Chérie, la cuvée des amis ou si vous aimez moins sucré, la cuvée des ducs de Guise.

À consommer avec modération

Avec le soutien de :