Pastille du mineur

Historique

L’origine de la pastille du mineur remonte au début du XXe siècle. Pendant la première guerre mondiale, un officier de l’armée britannique est hébergé dans une famille de la banlieue tourquennoise, qui tient une boulangerie-pâtisserie depuis 1912. Les parents de l’officier ont rapporté des Indes un mélange aux extraits naturels de plantes qui dégage les bronches et dont ils font un sirop. L’officier anglais donne sa recette à ses hôtes qui la laissent longtemps dans un tiroir. Des années plus tard, en 1952, le fils des boulangers se spécialise résolument dans la confiserie. Dans le même temps, l’exploitation minière est importante dans la région. Au fond de la mine, on ne fume pas ; l’atmosphère y est confinée. En 1957, le confiseur a l’idée de créer un bonbon qui aiderait les mineurs à ne pas fumer et qui serait agréable pour les voies respiratoires. Sa mère ressort alors la fameuse recette : le cocktail naturel de cinq arômes issus de plantes. La formule évolue à peine et c’est ainsi que naît la pastille du mineur, un bonbon qui, par sa forme et sa couleur, rappelle celles d’un boulet de charbon. Le succès est immédiat : les mineurs la consomment essentiellement pendant leurs heures de travail car elle compense leur envie de fumer et procure une agréable sensation de fraîcheur.

Production

La pastille du mineur est un coussin de sucre de couleur noire mais il ne contient pas de réglisse. C’est un bonbon au goût fort et unique qui dégage les bronches grâce aux propriétés rafraîchissantes des extraits naturels de plantes qui le composent : eucalyptus, menthe et anis étoilé.

Le saviez-vous

La pastille du mineur existe maintenant en mini-bonbon papilloté et sans sucres, pour le plaisir de tous les gourmands.

Avec le soutien de :