Tout est bon dans le bonbon ! En Hauts-de-France la présence d’illustres bonbons ne fait que confirmer notre réputation de Bouc’s à suc’

Un royaume de douceurs en Hauts-de-France

Portées par un slogan culotté "le bonbon qui arrache la tête", les têtes brulées ont déferlé sans prévenir dans les cours de récré des écoles à l'aube des année 2010.
Produites à Tourcoing par la Confiserie du Nord (ex. Verquin), qui a créé les mythiques Pastilles du Mineur et Croixbleu - ces petites billes, barres ou sucettes hyper-acidulées incarnent la dynamique et la diversité régionale en matières de confiseries.

Autres incontournables : la Chuque du Nord (papillote au café enrobée de caramel), la Babelutte de Lille (caramel aromatisé au miel ou à la cassonade), la Chique de Bavay (carré mentholé), les P’tits Quinquins (mélange de fruits), la Sottise de Valenciennes (ballotin à la menthe), la Brique de Marly (petit goût de noisettes) ou encore les célèbres Killtoïds (cachou réglisse/menthe) dans une boîte ronde métallique qui fait « clic » quand on appuie dessus.

Cambrai ne fait rien que des Bêtises !
Les grandes inventions naissent parfois d’une erreur. Quand en 1830 Emile Afchain ou Jules Despinoy - c’est selon1 - laisse échapper de la menthe dans une préparation de berlingots, ni l’un ni l’autre ne pouvaient se douter un instant que cette « bêtise » deviendrait le bonbon le plus populaire de la région. À ce jour, la success story de ces douillets coussinets rayés de sucre caramélisé continue avec des versions à la pomme, au citron, à la framboise, à l’orange. On en savoure jusqu’à Dubaï et Tokyo.

1 Au terme d’un long procès qui opposa les deux entreprises en 1889, Afchain a été reconnu comme l’inventeur des Bêtises et Despinoy comme le créateur…

texte extrait de "Délices des Hauts-de-France" le petit guide des produits et de la gastronomie

Pour découvrir Délices en Hauts-de-France, Consultez-le

Avec le soutien de :